À poil... sans poils !

ARTICLE RÉDIGÉ SANS PARTENARIAT

"Je jure de parler sans haine et sans crainte, de dire toute la vérité, rien que la vérité."

Pour commencer je suis brune châtain foncée (mes cheveux éclaircissent l'été ainsi que mes poils). Je ne dirais pas que je suis poilue mais que ma pilosité est repartie sur mon corps de façon homogène. Pour la petite histoire i'ai commencé à m'épiler (en volant le rasoir de ma mère) en 6ème après que mes camarades peu délicats aient montré le petit duvet que j'avais sur les jambes. J'ai pendant longtemps opté pour l'épilation (électrique ou à la cire) mais la première technique me faisait souffrir le martyr et la deuxième provoquait des boutons d'allergie. Les deux étaient source de poils incarnés peu esthétiques et surtout très douloureux. L'esthéticienne m'avait donc conseillé (à contre coeur) de me tourner vers le rasage ou l'épilation définitive. N'ayant pas le budget (1000€ aisselle + maillot au laser) je vous laisse deviner sur quelle option je me suis rabattu.

Il y a 2 ans j'avais essayé un appareil à lumière pulsée mais il fallait flasher 3 fois la même zone donc jambes entières + maillot + aisselles me prenait 1h30 de temps. Au bout de 3 séances j'avais observé une nette l'amélioration et puis... j'ai laisser tomber (flemme). Il y a 1 an Philips a fait une grosse campagne d'influence sur Instagram et un certain nombre de blogueuses ont parlé du Luméa Prestige. J'ai été / je suis blogueuse alors j'ai tendance à faire confiance en leurs avis. On a le choix : si on aime le produit on en parle, si ce n'est pas le cas on se tait (ou on HURLE si c'est vraiment un scandale).

Mon avis ?


Pour commencé j'ai profité du Black Friday pour obtenir une réduction non négligeable : 294€ au lieu de 459€. À peine l'appareil reçu et la notice lue que j'étais dans la salle de bain à flasher à tour de rôle : jambes, maillot et aisselles. J'ai utilisé le capteur qui règle la puissance en fonction de la peau : 4 pour la première séance. Pour la suivante j'ai essayé 5 et comme ce n'était pas du tout douloureux (sauf sensation légère de chaleur) je suis restée à ce niveau. Il y a une sécurité pour s'assurer du bon contact avec la peau mais j'avais quand même l'impression d'être sous un stroboscope #ambianceboitdenight et j'ai préféré porté des lunettes de soleil pour éviter de m'abîmer les yeux.

Imaginez la scène : cul nu sur le tapis de bain, lunettes de soleil sur le pif et en position... bien délicate.

Évidemment il faut se raser avant une séance. Si vous vous épilez il faudra attendre 2/3 jours pour que le bulbe ai repoussé. Une séance (jambes entières, maillot, aisselles) dure 30 minutes. Autant dire : rien !

Pour la phase d'attaque il faudra réaliser une séance toutes les 2 semaines pendant 2 mois et donc 4 séances (je suis douée en maths vous remarquerez). Puis la phase de retouche devra être adaptée en fonction de votre repousse.

Résultats : J'ai vu une amélioration dès la 2ème séance. Je rase, donc en temps normal, au bout de 2 jours, mes jambes ressemblent déjà à des petits hérissons (mignons mais qui piquent quand même) et cette fois là j'ai tenu 1 semaine sans avoir à repasser la lame. Je suis aujourd'hui à la 6ème séance (4 + 2 retouches) et je reste assidue en faisant une séance tout les 15 jours environ mais pour quels poils ? Pour la petite technique (tant qu'on est en hiver) j'entoure au crayon les zones où il reste des poils, je rase, fais ma séance et je frotte les marques à la douche suivant. Aujourd'hui je suis vraiment tranquille pendant 15 jours (sauf une dizaine de poils récalcitrants que je laisse en sursis jusqu'à la fois suivante).

Personnellement je n'aime pas les poils (sur moi) alors c'est LA solution que j'espérais depuis un petit moment. Je trouve l'investissement rentable (si seulement j'avais su...) et si vous trouvez ça encore cher achetez le avec un(e) ami(e). Pour la suite j'essaierais de vous faire un EDIT régulier de l'article pour vous donner un retour sur le long terme.

& si vous avez des questions n'hésitez pas !


CONVERSATION

0 Commentaires:

Enregistrer un commentaire